ACTES SUD - l'An 2

Accueil > Catalogue > ACTES SUD - L’ AN 2 > Barnaby

Publication : octobre 2015

Barnaby

par Johnson_Crockett

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Harry Morgan
Introduction de Chris Ware
Textes de Jeet Heer et Dorothy Parker
Notes de Philip Nel et Harry Morgan
320 pages en noir et blanc - format à l’italienne 17 x 26,5 cm - PVP : 35 € - ISBN : 978-2-330-05624-7 - à partir de 12 ans

Barnaby est un merveilleux daily strip américain, un classique de l’école du New Yorker, publié de 1942 à 1952. Presque inconnu en France, ce chef-d’œuvre de drôlerie a compté et compte encore de nombreux admirateurs fervents aux États-Unis, parmi lesquels W.C. Fields, Milton Caniff, Charles Schulz, la romancière Dorothy Parker, Art Spiegelman, Chris Ware ou Daniel Clowes.

Barnaby Baxter est un petit garçon de cinq ans qui rêve d’avoir une fée comme marraine. À la place, il lui échoit un « parrain-fée », M. O’Malley, un petit bonhomme rondouillard qui utilise son cigare comme baguette magique. Ses tours ne marchent pas souvent, même quand il prend soin de consulter le Manuel de poche des parrains-fée. La véritable magie de la série réside dans le mélange de satire et de merveilleux qu’elle propose, ainsi que dans la « ligne claire » épurée et élégante de Crockett Johnson.
Dans Barnaby, seuls les enfants voient M. O’Malley et ses amis - parmi eux Gus, le fantôme effrayé par son ombre, Atlas, un « géant mental » qui résout tout à l’aide de sa règle à calcul, et Mr Snoyd, un farfadet -, les adultes (à commencer par les parents du héros) refusent, eux, de croire à leur existence. Découvrez le strip qui a inspiré Bill Watterson pour Calvin et Hobbes !
Ce volume réunit les deux premières années de la série, du 20 avril 1942 au 31 décembre 1943. Barnaby et son parrain-fée sont mêlés aux désordres de la Seconde Guerre mondiale (défense passive). Un autre grand moment est celui qui voit M. O’Malley élu membre du Congrès américain !

Crockett Johnson fait usage de texte typographié dans les bulles, ce qui, selon ses estimations, lui permettait d’y introduire 60 % de mots en plus, et de prêter au vantard M. O’Malley un style délicieusement pompeux. Les qualités littéraires du strip ne le cèdent en rien à son charme graphique. Son apparente simplicité dissimule une vraie sophistication. Barnaby est une œuvre intemporelle, sur laquelle le temps ne semble pas avoir eu de prise.

cliquez pour voir les pages

  • Voir les 2 premiers strips