ACTES SUD - l'An 2

Editorial

Au moment même où j’ai pris la décision de traduire Unflattening, de Nick Sousanis (sorti le 18 mai 2016 sous le titre Le Déploiement), c’est-à-dire avant que ce livre ne soit distingué par une série de prix et de nominations (voir ci-dessous les Actualités du site), je découvrais également un livre étonnant de Peter Mendelsund, Que voit-on quand on lit ? (Robert Laffont, 2015, initialement paru l’année précédente chez Vintage Books). Mendelsund explore nos esprits de lecteurs pour comprendre comment prennent vie en nous Anna Karenine, Madame Bovary ou Hercule Poirot. Il n’aborde la bande dessinée qu’en passant, le temps de noter (p. 309) que « le vide qui sépare les cases [en est] une des caractéristiques déterminantes ». Et d’observer que, « dans la fiction [littéraire], les cadres, et donc les trous entre les cadres, ne sont pas aussi flagrants. »

Nick Sousanis, lui, célèbre la complexité de cette forme hybride qu’est la bande dessinée, vouée à être à la fois lue et vue. Selon lui, l’acte par lequel le lecteur donne vie à un récit dessiné, en traversant les vides entre les fragments et en les cousant ensemble, s’apparente à un acte de l’imagination. Cette lecture mobilise deux types distincts de conscience – le séquentiel et le simultané – qui correspondent aux caractéristiques respectives des hémisphère gauche et droit du cerveau. Ce cycle dynamique entre lire et voir, voir et lire permet d’atteindre à de plus grandes profondeurs de discours. Aucun langage mieux que celui de la bande dessinée ne peut rendre compte de la manière dont la pensée se déploie, une manière non plate, non linéaire. Aucun ne permet mieux de capturer et de transmettre nos pensées, dans toute leur complexité hirsute. (Cf. Le Déploiement, p. 70-77.)

Les deux livres, Le Déploiement et Que voit-on quand on lit ?, ont ceci de formidable que, pour explorer les liens entre les mots et les images (qu’elles soient imprimées et mentales), ils inventent une forme innovante. Mendelsund est graphiste de profession et son essai est un festival d’inventions typographiques et de mise en page, une leçon de déroulement séquentiel. Et Sousanis explore, page après page, de nouvelles manières d’explorer le labyrinthe verbo-iconique de la narration séquentielle. Véritables feux d’artifice, leurs livres me semblent étroitement apparentés. Devinette : dans lequel trouve-t-on cette phrase : « Passé, présent et futur s’entremêlent au sein de chaque moment conscient – ainsi que dans le moment performatif de la lecture » ?

Thierry Groensteen

Actualités

Céline Wagner en dédicace

Distinctions en terre américaine

He Youzhi n’est plus

"Irmina" une nouvelle fois primée !

LES DERNIERS TITRES PARUS

- consultez le catalogue complet